La viscose de bambou: un rôle positif dans le milieu des couches lavables/réutilisables

Julie Dupuis-Riendeau

La viscose de bambou: un rôle positif dans le milieu des couches lavables/réutilisables

Pour comprendre le rôle positif, important et même essentiel de la viscose de bambou dans le monde des couches lavables (et non pas dans l’industrie de la mode… ça c’est un tout autre débat !), il importe d’en comprendre l’histoire… surtout dans la dernière décennie.

 

Couche lavable : la genèse

J’ai commencé à utiliser les couches lavables il y a 10 ans. Dans ce temps-là, seules les familles marginales les utilisaient. Les couches « chinoises » n’existaient pas au pays. Tout était produit ici au Canada. Le prix venait évidemment avec et la performance était piètre… Combien de pyjamas et draps ai-je lavés parce que ça débordait ? J’avais fait ce choix par souci écologique et j’y tenais. Il n’y avait pas d’alternative de toute manière. La majorité des gens qui « essayaient » finissaient par abandonner assez rapidement, faute de sous ou de temps pour entretenir « la totale » (couches, pyjamas, draps).

Les inserts étaient habituellement faits de coton, parfois de coton/chanvre ou de bambou/coton, et certainement pas biologique. Les couches étaient souvent « tout en un » et n’absorbaient pas assez. Et le tissu ? Il me semble qu’il était importé d’Asie ou produit aux États-Unis (je dis bien « crois » car je n’en ai pas la preuve), la majorité des industries textiles ayant disparu au Canada dans les 30 dernières années.

 

Était-ce vert ? Oui, on peut le dire, à ce moment, dans ce contexte. Mais trop peu de gens pouvaient s’y mettre.  

 Ainsi, ma trace écologique individuelle était faible, mais la trace écologique canadienne était peu rayonnante.

Trop peu de choix, trop cher, trop peu de performance pour être convainquant.

La masse continuait de polluer... et jusqu'à un certain point, je les comprends !

 

C’est dans ce contexte que, dans les six dernières années, grâce au pouvoir grandissant des réseaux sociaux, des entreprises se sont penchées sur le sujet et ont tenté d’améliorer l’accessibilité (importation de produits) ainsi que la performance (textiles plus absorbants) et ont pu répandre la bonne nouvelle par le bouche à oreille.

 

Pensons à LPO, Elf, Funky Fluff, Mini-Hip, Aux Ptits Cadeaux pour ne nommer que ceux-là au niveau de l’importation de couches, ce qui a permis de réduire le coût d’achat pour les clients qui ne pouvaient pas s’offrir les confections locales.

 

D'autres - Arigalie Collections en fait partie - ont plutôt choisi de faire des recherches sur la performance au niveau de l’absorption, afin d’en finir avec les fuites.

 

C'est ainsi qu'avec la sortie de ses inserts révolutionnaires en 2017, de ses couches plates en 2019 et de son couvre-couche enfilable en 2020, Arigalie Collections a permis d’augmenter l’offre de manière importante. 

 2017 développement d’un alliage textile unique permettant la création d’inserts ultra-performants et locaux,
2019 première entreprise à utiliser du Lyocell dans la fabrication de couches au Canada.
2019 après de nombreuses recherches, introduction de l’alliage viscose de bambou/laine de mérino/spandex dans le monde des couches plates "de luxe" pour plus d'absorption/confort/respirabilité
2020 après de nombreuses recherches, première entreprise à utiliser le minky extensible en guise de protection anti-fuites afin de rendre l'expérience du couvre-couche plus douce, agréable, sans snaps et performante

 

De nombreuses entreprises du domaine ont emboité le pas, s'inspirant de nos recherches pour offrir des produits performants à leur clientèle.

Nous sommes un chef de file en la matière, car nous tentons constamment d’améliorer les techniques, d’utiliser de nouvelles fibres, de permettre à la clientèle de faire un choix éclairé en fonction de ses propres besoins.

 

 

Depuis ces changements, l’utilisation des produits lavables a bondi dans la population, la demande a explosé.

 

Est-ce bon ? Est-ce mauvais ? Évidemment, produire et importer ces couches lavables a son coût écologique. Ironiquement, il faut produire pour moins consommer... mais...

De moins en moins de couches jetables sont utilisées dans notre société.

  

Elle est là la bonne nouvelle. Est-ce parfait ? Non certainement pas, mais drôlement mieux qu’avant !

 

Aujourd’hui, nous commençons à aller encore plus loin. Nous en sommes à améliorer le produit pour le rendre plus vert, grâce aux avancées dans l'industrie textile. Le côté environnemental prend une importance capitale au pays. Par contre, les textiles de remplacement coûtent cher à produire et ils ne sont actuellement disponibles qu'en petite quantité et souvent importés.

 

Des textiles viendront-ils remplacer ceux que nous utilisons actuellement ?  À long terme, oui assurément ! Dans un futur plus ou moins proche, l’accessibilité augmentera et le prix diminuera, comme c'est toujours le cas lorsqu’une technologie nouvelle voit le jour. Mais il faut se donner du temps. 

 

 

Une décennie a passé... la bataille reste la même

Encore aujourd’hui, notre but premier demeure de nous battre contre la couche jetable, qui est l'un des objets les plus polluants de notre consommation humaine et qui est encore utilisée par la majorité des familles au Québec.  

 

Chez Arigalie Collections, nous nous sommes donné cette mission, celle de prévenir et régler des problèmes d’absorption chez les utilisateurs prêts à abandonner et convaincre le plus de familles (et garderies!) possible que l’utilisation des couches lavables est le choix le plus sensé, et pas compliqué.

Nous le faisons de manière ouverte, sans cachette, toujours prêts à changer pour améliorer et ce, depuis près de 5 ans. C’est bien cette relation qui nous permet de demeurer un leader dans le domaine. Merci de votre confiance.

 

Notre mission est jeune. Aidez-nous à la poursuivre.

 

 

Comment y parvenir alors ?

 Pour y parvenir, nous devons utiliser un textile :

    • convainquant (absorbant, résistant, fabriqué à partir de matières renouvelables)
    • à un prix raisonnable.

  

 

Nous souhaitons offrir au client un insert qu'il achètera une fois et qu'il pourra utiliser jusqu'à la mort de l'article (ou le revendre).

Et il faut convaincre non seulement le client... mais sa garderie et sa famille !

 

 À retenir

AUCUN textile ne laisse aucune trace écologique

 

Tous les textiles sont polluants (dans l'une ou l'autre des étapes de production). L'idée est donc de réduire cette trace au maximum tout en conservant une accessibilité qui permet au plus de familles possible de les utiliser. 

 

Nous visons la masse, l'accessibilité.

Nous sommes convaincus que c'est ainsi que la trace écologique québécoise aura l'impact positif le plus grand.

 

La viscose de bambou est fabriquée à partir de matières renouvelables. Le bambou est un arbre qui pousse à une vitesse impressionnante, même envahissante. Il est vrai que sa transformation requiert l'utilisation de produits chimiques et nous souhaitons ardemment que ce procédé puisse être amélioré. Heureusement, le reste de son cycle de production en fait un textile de choix dans le monde du lavable (voir l'article Trace écologique et tissus alternatifs.... des pistes pour l'avenir).

 

La RÉSISTANCE du textile

On ne parle pas ici d’un morceau de linge qu'on lave une fois par semaine, par deux semaines, par mois... on parle d'un morceau qu'on lave trois fois par semaine.  Un textile non-résistant signifie « remplacement avant la propreté », donc création d'un nouveau cycle de production, ce qu'on veut éviter. La viscose de bambou est une fibre beaucoup plus résistante que le coton par exemple. Le lyocell et le chanvre le sont également, mais le chanvre a tendance à devenir rêche au fil des lavages, rendant l’utilisation moins agréable à long terme et donc de décourager l’utilisateur.

 

L'ABSORPTION: vitesse et rétention

L'insert est au coeur de l'expérience des couches lavables. Ça a beau être écologique, si ça ne fonctionne pas bien, ce sera peu convainquant.

Convaincre les utilisateurs de couches lavables nécessite un insert à la fois mince et performant, sans quoi beaucoup se tourneront vers le jetable, notre "ennemi numéro un"… et c’est là que le Lyocell y perd, dans le contexte de la couche lavable toujours (nous ne parlons pas de mode ici).

En effet, selon les tests que nous avons effectués jusqu'à présent, le Lyocell a un grand pouvoir absorbant, mais malheureusement de manière très lente et agit moins bien en rétention (comme une éponge, il absorbe beaucoup, trop lentement et ne retient pas bien le liquide… dès qu’on y touche, il ressort) que le coton, le bambou ou le chanvre. Ainsi, le lyocell convient bien aux petits mouilleurs, mais pas aux enfants qui ont de grands besoins en absorption. Puis, comme de plus en plus d’adultes utilisent les couches lavables, ce textile n’est pas approprié, à moins que vous souhaitiez laver beaucoup de pyjamas et de draps.

La viscose/rayonne de bambou est, pour sa part, 6 fois plus absorbante que le coton et il a un pouvoir de rétention très élevé (ce qu'il absorbe, il le conserve malgré les mouvements de bébé et la compression de l'insert lorsqu'il s'assoit).

Le coton garde également une place de choix dans les combinaisons d’inserts, car il permet une absorption plus rapide, comme il a un bon pouvoir de capillarité. Chez Arigalie, nous privilégions le coton biologique, car il est non seulement plus doux, mais sa culture nécessite beaucoup moins d’eau. Cette ressource est très accessible (plus chère, évidemment, mais de tout de même de manière raisonnable).

 

En conclusion

 

Nos recherches ont démontré qu’un alliage parfait entre coton biologique et viscose de bambou, combiné à un tissage et grammage particulier donne des résultats optimaux au niveau de la performance et de la douceur.

 

Ainsi, au final, plus de consommateurs passent du jetable au lavable et la trace écologique de notre société ne fait que s'améliorer depuis quelques années.

  

Mission accomplie... ? Assurément non, mais nous sommes fiers d'être sur la bonne voie :)

 

Texte écrit par Julie, propriétaire chez Arigalie et responsable de la recherche et développement de produits, depuis 2017 

 

Je vous invite à lire les articles suivants:

Plus d'articles

0 commentaires

Laisser un commentaire

Tous les commentaires de blog sont vérifiés avant publication